L’anguille des sept dîners

«Savez-vous que la femme est beaucoup plus grosse que le mâle?». «Parlez-vous d’hommes et de femmes, Comtesse?».

«Pas du tout, je parle d’anguilles», je dis à l’homme naïf devant moi. Je ne sais pas pourquoi j’ai parlé d’anguilles, car il n’est pas un plat aussi savoureux pour moi. C’était en décembre, Paris était blanche, la neige est tombée et la cheminée avais rapidement brûlé tout le bois que mon Ambrojo y jetait. Lui, il était chef dans un petit restaurant dans Rue du Colisée. J’y étais allée une fois et il avait parié sur moi. Ce n’était pas nouveau pour moi, maintenant que je pense avoir laissé trop de bisous à travers le monde.

Il était venu au château une soir froid et neigeux. J’avais déjà eu quelques matchs avec Ambrojo et Carole, et en fait je ne les vois pas vraiment heureux, c’est le moins que l’on puisse dire.

Pourtant, il m’a fasciné. Il était italien. Il m’a dit qu’en Italie, ce soir-là, il avait lieu le soir de sept dîners et qu’il devait donc cuisiner pour moi sept plats, dont un d’anguille.

«Ferme les yeux et ouvre la bouche», m’a-t-il raconté comment nous étions enfants. Je l’avais fait.

Ce que j’ai goûté, je ne vous le dirai pas …

Ingrédients pour deux:

  • 1 Anguille de taille moyenne
  • 30 g Beurre
  • Persil et Ail
  • Huile
  • Piment d’Espelette
  • Sel

Préparation:

«Découpez l’anguille en morceaux. Sautez dans une poêle avec de l’huile  les tronçons d’anguille. Salez. Cuisez dix minutes à feu assez vif. Stoppez la cuisson et ajoutez le beurre, le persil et l’ail haché. Mélangez bien et dégustez aussitôt».

 

 

 



La Comtesse

La Comtesse

Che è una diva lo sa lei, che è cinica e sottile lo sanno gli altri. Non ha nome ma una stanza di tacchi a spillo. Mystère noir e sang bleu.

Leave a Comment

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.