Le bœuf du diplomate

Je ne vais jamais au restaurant, sinon pour un dîner exclusif, et cela n’avait pas l’air d’être le cas. J’étais fatiguée de dire non. Il était un diplomate avec un physique imposant, deux épaules que je ne vous dis pas, et des bras nerveux. Je regarde toujours les bras, chez un homme. Ils doivent savoir me serrer comme je le veux.

Pour être un diplomate, il avait un certain humour, rien à dire, mais ceci n’était pas ce qui m’avait frappée. Qui a des bras et un cou gros, vous savez, aura aussi quelque chose d’autre… grosse.

Il était arrivé en Rolls Royce, son majordome m’avait envoyée appeler, et Ambrojo était plus jaloux que jamais. Quand nous arrivâmes au restaurant… surprise! C’était vide. On accédait à la cheminée, devant laquelle on attendait un grand tapis avec des coussins, et l’apéritif, avec de la viande, et Champagne, et des fraises. Mais il fallait d’abord se déshabiller. Quand nous étions nus devant le feu, une recette de ma tante libertine me vint à l’esprit. Il dit: Eh bien, allons y dans la cuisine et préparons-le!

Ce fut le meilleur bœuf que j’ai mangé dans ma vie.

Ingrédients pour deux:

  • 2 Entre-côtes de bœuf
  • Beurre
  • ½ verre de bouillon (ou eau)
  • Bouquet garni (3 brins de persil, 2 brins de thym et une feuille de laurier)
  • Eau-de-vie
  • Sel et poivre

Préparation:

«Faites fondre un morceau de beurre gros comme moitié d’un oeuf dans la casserole. Mettez-y votre entre-côte désossé et faites-le revenir à feu vif; ajoutez un demi-verre d’eau ou de bouillon, sel et poivre, bouquet garni, eau-de-vie, et faites cuire à petit feu».

 

 



 

 

 

La Comtesse

La Comtesse

Che è una diva lo sa lei, che è cinica e sottile lo sanno gli altri. Non ha nome ma una stanza di tacchi a spillo. Mystère noir e sang bleu.

Leave a Comment

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.