Le poulet du diable Adonis

Je ne l’y attendais pas. Pour être honnête, je n’y attendais personne. Ce fut l’une de ces soirées fatiguées, de pluie, où j’étais heureuse de jouer avec mon cher vibro. Les draps, de plus, savaient de parfum: la femme de ménage avait mis mes préférés, les rouges de soie avec mes initiales aux coins.

Il est arrivé tout mouillé par la pluie. La chemise blanche était collée à sa poitrine velue, ses cheveux faisaient un cowlick, les yeux bleus avaient tendance à gris et ils étaient sacrément cool. Il était prêt à me faire en morceaux, je pensais. Un diable très sexy. Un Adonis. Je le voulais.

Il me déshabilla étage des rares choses que je portais – pas enlevé mes pantoufles à talons aiguilles – et grignota mes mamelons, les lèvres, le clitoris jusqu’à je godai. Puis il me dit qu’il avait faim. Je dis, moi aussi, encore, mais je savais qu’il voulait dire la faim pour la nourriture. Je pensais que le seul plat, sur le petit livre de ma tante libertine, adapté à la soirée était le poulet à la diable. Je me précipitai pour cuisiner. Nous mangeâmes sous les draps de soie. Nous ne nous bûmes pas du vin, il ne servait, de liquides enivrante nous les avions… plus.

Ingrédients pour deux:

  • Demi-poulet
  • 1 Poivron rouge
  • Un demi-oignon
  • Huile
  • poivre de Cayenne
  • Ail
  • Sel
  • Poivre noir

Préparation:

«Fendez-le sur le dos et l’aplatissez, assaisonnez-le de sel, poivre et un peu d’huile; faites cuire sur le gril et servez sur sauce poivrade avec beaucoup de poivre de Cayenne, qui en fasse un mets diabolique».

La Comtesse

La Comtesse

Che è una diva lo sa lei, che è cinica e sottile lo sanno gli altri. Non ha nome ma una stanza di tacchi a spillo. Mystère noir e sang bleu.

Leave a Comment

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.